Culture – Les styles de danse brésilienne2018-12-04T13:21:23+00:00

Les danses brésiliennes

Compagnie Swing Brasileiro

L’histoire de la danse brésilienne est étroitement liée à celle des peuples africains venus au Brésil avec pour unique bagage leur danse et leur religion.
Elle est liée à l’histoire du peuple brésilien qui est issu des africains esclaves, des indiens natifs et des européens colons.
Les divinités, gestuelles et rythmes africains sont mélées aux apports indiens et européens.

SAMBA
Rio de Janeiro

Le Samba, terme masculin au Brésil, est né à Bahia au 19° siècle, mais elle se développe véritablement à Rio de Janeiro. C’est une danse brésilienne, mondialement connue, née à partir des rituels africains. Elle est pratiquée par les Passistes d’école de Samba et dans les pagodes. Interdit au 20° siècle, la danse et le chant était classé comme faisant partie de la culture noire encore mal vue à l’époque. Puis elle se popularise pour devenir la danse nationale du pays.

SAMBA DE RODA
Bahia

La Samba de Roda est une manifestation festive populaire mêlant musique, danse et poésie. Apparue au 17 ème siècle dans l’État de Bahia,elle procède des danses et traditions culturelles des esclaves africains de la région. Elle a également intégré des éléments de la culture lusitanienne, notamment la langue, la poésie et certains instruments de musique. Elle rassemble les gens pour des occasions spécifiques telles que la célébration des fêtes catholiques populaires ou des cultes afro-brésiliens, mais aussi de façon spontanée. Toutes les personnes présentes sont invitées à se joindre à la danse. L’une des principales caractéristiques de cette samba est qu’elle réunit les participants en cercle, le mot roda faisant référence à un cercle. Généralement, seules les femmes dansent l’une après l’autre au centre du cercle formé par les autres danseurs qui chantent en tapant dans leurs mains. La chorégraphie est souvent improvisée et basée sur des mouvements des pieds, des jambes et des hanches. L’un des mouvements les plus typiques est le fameux umbigada d’influence bantoue, signe par lequel la danseuse désigne celle qui lui succède au centre du cercle.

MACULELE
Bahia

Les esclaves africains de Bahia ont créé cette danse populaire dans les plantations de canne de sucre. Danse, tout comme la musique, s’est s’inspiré du candomblé une religion afro-Brésilienne. Danse de combat, les guerriers Macua utilisaient pour se défendre un « lêlê », bâton en bois en dialecte africain. De nos jours,le maculêlê est dansé par les capoeiristes qui porte chacun un baton à la main. Avec une chorégraphie libre, les bâtons viennent frapper le sol, tournent dans l’air, ou se frappent entre eux, chaque capoeriste allant frapper le bâton de son adversaire sur le quatrième temps de la mesure. Instruments utilisés: Caxixi, agogo et atabaques.

MARACATU
Pernambouc

Le maracatu est une danse rituelle assez théâtrale. Pratiquée par la population locale du Nord-est, les «  Caboclos  », les musiciens et les danseurs sont tous costumés comme des rois, reines et duchesses, en hommage au roi du  Kongo. C’est l’occasion de nier leur misère sous leurs costumes royaux éphémères.
 On retrouve cette tradition dans l’état de Pernambuco sous deux genres de Maracatu : le rural et le Baque Virado.

SAMBA-REGGAE

Bahia

C’est un mélange de musique jamaïcaines et de samba. Le Samba-reggae est un style de danse influencée par l’Afrique qui fusionne des mouvements de danse afro-brésiliens et de candomblé. Cette danse s’inspire aussi de style plus moderne comme la funk et parfois même le hip hop.

Au Brésil, lors de la sortie des Blocos (Orchestre de tambours), des danseurs leaders montrent au public et aux autres danseurs des mouvements que les autres suivent. Les musiciens de samba-reggae dansent aussi, tout en se déplaçant et en jouant.Les joueurs de surdos font de courtes chorégraphies, en utilisant leurs mailloches et leur tambours qu’ils brandissent et lancent de manière spectaculaire.

DANSE DES ORIXAS

Bahia

Les Orixas sont des divinités originaires d’Afrique de l’ouest issues du candomblé, une tradition religieuse Yoruba. Il s’agit de la première expression des esclaves du Brésil qui célébraient au son des tambours leurs divinités. Elles représentent les forces de la nature et les archétypes du comportement humain. Au cours des cérémonies, les Orixas sont invités à entrer au moyen de tambours, de chants et de danses, mais aussi de nourritures, d’herbes et d’encens sacré. Au fur et à mesure de la cérémonie, les Orixas se manifestent chez certains initiés qui entrent alors dans un état de transe et deviennent des intermédiaires entre les dieux et les Hommes. Chacune des divinités se caractérise par un pas de danse, un rythme et des gestes particuliers.

AFRO

SAMBA AXE

Bahia

FREVO
Pernambouc

XAXADO
Pernambouco

BUMBA MEU BOI Nordeste

FUNK CARIOCA
Rio de Janeiro

CARIMBO
BELÉM DO PARÀ

CIRANDA
ÎLE D’ITAMARACÀ ( PERNAMBUCO)

LAMBADA
ÉTAT DU PARÀ

CABOCLINHO
NORDESTE

SAMBA DE GAFIERA
RIO DE JANEIRO